Mouvement associatif

Très tôt engagé dans la vie associative, dès la sortie de l’adolescence, je me suis investi dans une association, créée avec des amis, Zoom’ba l’Assos, qui favorisait la découverte des cultures urbaines  au travers d’événements festifs. Cette première expérience me donna, je crois, le goût de l’engagement. Aujourd’hui encore, je m’investis dans le milieu associatif en présidant l’association étudiante Histoire d’en faire.

Arrivé à l’université, j’ai rapidement pris conscience des difficultés que rencontraient bien des étudiants dans leur vie quotidienne. Aux sacrifices que nous consentions pour accroître notre savoir et préparer notre avenir, le gouvernement UMP de l’époque décida d’ajouter la précarité salariale dès l’entrée dans la vie active. C’est ainsi que débuta le mouvement étudiant contre le CPE, mouvement qui m’initiait aux réalités du combat politique.

Pendant ces moments déterminants dont nous allions sortir victorieux, j’eus la chance de croiser des militants avec lesquels je me sentais des affinités de conviction, parmi lesquels Julie Coudry,  chef de file de la Confédération étudiante (Cé), syndicat étudiant proche de la CFDT. Leurs valeurs, la solidarité, la démocratie, l’Europe, étaient les miennes. C’est pourquoi j’ai fondé avec d’autres camarades la Confédération étudiante de l’Université Paul Verlaine – Metz.

Nous avons remporté d’importantes victoires comme la mise en place d’une troisième mission pour l’université française (en plus de l’enseignement et de la recherche), à savoir l’insertion professionnelle. Ainsi, voix de ce syndicalisme étudiant, réformiste et républicain, s’est rapidement imposée sur les campus de Metz. Après avoir siégé deux ans au Conseil d’Administration de l’Université de Metz, j’ai donc eu l’honneur et la responsabilité d’en devenir le Vice-Président étudiant.

 

 

 

 

Publicités