Archives de novembre, 2014

109 ans après la Loi de séparation des Églises et de l’État, le paysage politique, social et culturel a bien changé, mais la question de la place de la religion dans notre société est unÉtats Générauxe fois de plus débattue publiquement.

Pour autant, les discussions qu’elle suscite souffrent d’un problème majeur que l’on peut résumer par cette question : est-ce la Laïcité qui est remise en cause par le repli de quelques-uns vers une conception réactionnaire de l’une ou l’autre religion ? Ou bien ces comportements sont-ils plutôt l’expression visible, médiatiquement et socialement, d’un manque de République ?

Les citoyens ne sont pas naturellement rétifs à l’assimilation bienveillante d’une République qui leur ouvrirait les bras, pas plus qu’une religion n’est naturellement hostile au modèle de vivre ensemble que notre République promeut. Dans un contexte de crise économique et sociale, de chômage de masse, d’exclusion croissante entraînant une perte des repères inhérents à nos sociétés occidentales, le repli sur soi et la tentation communautariste surgissent traditionnellement. Ce sont le rejet et le dogmatisme, crispations partagées par les extrémistes de tous les bords, qu’il nous faut combattre en toute circonstance, afin que ces postures artificielles cessent d’apparaître comme des solutions !

Parce que le Parti Socialiste est l’héritier d’une volonté profonde de transformation de la société, notamment portée par le mouvement associatif et qu’il doit en être l’accompagnateur et le continuateur, parce que le pouvoir que nous assumons actuellement est maître et arbitre de la survie des associations au travers de leur subventionnement, la situation de fracture sociale doit nous amener à réactiver fortement ce levier indispensable qu’est l’Éducation Populaire. Bien plus efficacement que toute stigmatisation ou répression, l’accompagnement et les divers échanges que garantit un secteur associatif dynamique manquent cruellement à une large partie de la population, ce qui pousse certains dans le giron des extrémistes de tout poil, gourous des jours de crise ou autres marchands de sable.

Or, les associations traversent actuellement une période d’extrêmes difficultés, qui les bride voire les détourne de leur principale mission d’Éducation Populaire. En tant que socialistes, nous devons porter une attention toute particulière à ce mal qui produit un irrémédiable repli sur soi communautariste, que le prétexte en soit religieux, ethnique, sexuel ou quoi que ce soit d’autre.

Ainsi, pour une Laïcité réaffirmée et renforcée, base d’un vivre ensemble apaisé, nous appelons à une réflexion nationale sur les missions et le financement de l’Éducation Populaire afin de régénérer le mouvement associatif.

 

Publicités