Merci

Publié: 14/06/2013 dans Culture, Politique Nationale

« Qu’est-ce qu’un homme révolté ? Un homme qui dit non.

Mais s’il refuse, il ne renonce pas »
Albert Camus

« La liberté, c’est toujours la liberté de l’autre »

Rosa Luxemburg

« Si l’on considère à présent les êtres sous le rapport de leurs réalités métaphysiques,

tout ce qui leur advient leur convient »

Émir Abd El-Kader

§

Chers amis, 

Vous êtes nombreux à m’avoir envoyé des petits messages d’encouragement, à la suite du reportage de M6 consacré aux électeurs du Front National. Jamais je n’aurais pu imaginer un seul instant que ces quelques secondes de passage à l’écran viennent à susciter de telles réactions.

Des centaines de mails, de SMS, de messages via les réseaux sociaux me parviennent et j’essaie de répondre à chacun ou chacune d’entre vous. Néanmoins, il est évident que, même avec toute la meilleure volonté du monde, je n’y arriverai pas.

C’est pourquoi je tiens à vous dire ici que vos messages de sympathie et de soutien me vont droit au cœur. Ils me réchauffent et me donnent de la Force pour avancer tranquillement, sereinement. Pour tout vous dire, j’ai le sentiment de n’avoir encore rien fait. Je veux dire : rien de décisif. Cependant, j’avance sur mon chemin et je crois à tous ces petits signes qui sont autant de bornes — celles qui jalonnent, pas celles qui entravent — pour cheminer dans la vie. Vos mots sont, à mes yeux, de cet ordre-là. Ils m’aident à entendre, à voir, à percevoir, à ressentir, mon pays, la France, que je connais de mieux en mieux et, plus encore, tous ces gens, vous, que je ne connais pas. C’est vrai, on ne se connaît pas. On ne s’est jamais rencontré et peut-être que l’on ne se verra jamais. Mais, à vous lire, j’ai le sentiment qu’il existe entre nous tous, une Unité qui transcende tout. Albert Camus aurait défini cela en un mot : la Révolte.

Nous ne pouvons qu’être révoltés devant ces comportements détestables, qui frappent dans nos rues et voudraient vaincre par les urnes. Avec l’extrême droite, il n’y a pas de secret, mes chers amis. Nous connaissons leur programme et leurs méthodes. L’extrême droite n’est pas une nouveauté en France. Ces gens-là ont été au pouvoir : du 10 juillet 1940 au 20 août 1944. Ne croyez pas qu’ils auraient changé par la grâce de je ne sais quelle révélation. Pour s’en convaincre, il suffit simplement d’observer leurs manières et d’écouter leurs diatribes.

Le FN entretient et se nourrit des divisions dans notre société. Il monte les jeunes contre les anciens, les riches contre les pauvres, les ruraux contre les urbains, les policiers contre les mecs de cité… mais cela est précisément l’antithèse de la République et donc de la France. Notre Histoire est celle de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité, c’est-à-dire du rapprochement des peuples et des cultures. Dire autre chose revient à afficher et revendiquer son ignorance de l’Histoire de France, militer pour la division revient à la rabaisser et la trahir (comme je l’écrivais ici même il y a un an et demi). Eux sont anti-français ! La France, ce n’est certainement pas cela. Si j’en avais douté l’espace d’un fugace instant, vous — grâce à ce que vous dites dans vos messages — m’avez clairement rappelé l’Universalité de notre pays et l’Unité de sa Nation, sans distinction d’aucun ordre.

Notre lutte, au-delà des esprits partisans, au-delà de la droite ou de la gauche, est un combat pour la Justice. La France doit reconnaître tous ses enfants dans leurs droits, notamment dans le droit inaliénable, des hommes et des femmes, à la Liberté. Dans un monde capitaliste, la Liberté c’est aussi la capacité que l’on a de consommer. On peut s’en attrister et espérer un « autre monde ». Pour ma part, je vis dans le monde, ici et maintenant ; je vois quotidiennement des gens galérer, ici et maintenant ; dix millions de pauvres en France, ici et maintenant ; j’observe malheureusement le FN prendre du poids, ici et maintenant ; alors je pense que le combat n’est pas demain et ailleurs. Je ne crois pas à un « autre monde » que l’on construirait « en se prenant tous la main autour de la planète avec des fleurs dans les cheveux ». Le combat pour les droits sociaux et civiques, c’est tout de suite qu’il faut le mener. Il est inacceptable que nos frères et sœurs en citoyenneté soient mis au ban de notre société, au prétexte de leur adresse, de la couleur de leur peau ou des convictions qu’ils nourrissent dans leur intimité.

Je ne laisserai jamais personne venir m’expliquer que je suis moins français ou moins je-ne-sais-quoi. J’aime le monde et j’aime ma France, ses collines, ses petits villages, ses clochers… Mais, j’aime aussi ses centres-villes et ses quartiers, ses tours qui s’illuminent quand on rentre le soir en hiver, ses soirées à discutailler assis sur un vieux banc. Tout cela, c’est mon histoire et je ne laisserai pas croire que cette Histoire n’est pas française.

Voilà, je suis désolé si ma plume s’emporte un peu. En commençant ce texte, je m’étais promis de simplement vous répondre en vous remerciant avec le cœur. Cependant, il semblerait que je ne parvienne à contenir mes mots lorsqu’on évoque le FN.

En tous cas, si je devais retenir une chose du travail de Ghislaine Buffard et Melissa Theuriau, c’est qu’il m’a permis d’échanger avec vous quelques lignes. En fait, c’est déjà énorme.

Merci du fond du cœur,

Yoan

§

P.S. : comme je ne sais pas comment vous faire plaisir à mon tour, je vais prendre un risque et vous offrir trois petites pierres musicales de mon jardin :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s